J’aide un Syrien

5 ans de guerre… déjà
Avec plus de 2 millions de réfugiés, la Turquie est le premier pays d’accueil des Syriens obligés de quitter leur pays à cause de la guerre. « Invités » en Turquie, ils ne bénéficient d’aucun droit, n’ont pas le statut de réfugié, ni le droit de travailler.
À la suite de voyages en Turquie de membres de l’association se rendant sur place pour aider leurs familles, ceux-ci ont pu constater que de nombreux réfugiés syriens survivent dans des conditions inhumaines. Vivant dehors ou dans des lieux insalubres sans eau ni électricité, dans des conditions d’hygiène déplorables, ils se nourrissent de pain et de thé parfois offert par leurs voisins réfugiés syriens ayant un peu plus de moyens. Leurs enfants ne peuvent pas aller à l’école associative syrienne, faute de moyens pour se nourrir, se vêtir correctement et se déplacer.

L’association J’aide un Syrien
L’association J’aide un Syrien est laïque, non lucrative et humanitaire. Elle a pour but de promouvoir les droits humains, l’échange, la solidarité ; de lutter contre les inégalités, les extrémismes et de protester face aux « identités meurtrières* ». L’association est composée de Syriens ayant de la famille réfugiée en Turquie et de membres français et de toutes autres nationalités.
La création de cette association nous permet de passer de la parole à l’action et répond aux sollicitations de notre entourage qui nous demandait : « Que pouvons-nous faire concrètement ? ». L’acheminement de vêtements ou de médicaments en Turquie étant très onéreux, il nous a semblé plus efficace de nous tourner vers le don d’argent en s’appuyant sur la confiance des donateurs.
Notre action sera modeste mais transparente, concrète et essentielle.

 

*Titre de l’ouvrage d’Amin Maalouf, Les Identités meurtrières, Grasset, Paris, 1998